Comment Adrien trouva une nouvelle façon d’épargner ?

J’avais le choix entre la rentabilité actuelle d’un livret A à 0,5% ou investir en bourse avec un risque important et à très long terme. Il était temps de trouver une alternative équilibrée.

Le financement participatif, l’alternative pour tous

Fini l’épargne traditionnelle, et la bourse, très peu pour vous ? alors quoi ? Alors Adrien s’est lancé comme des milliers de personnes en France dans le “crowdfunding” ou financement participatif.

Restait alors à trouver le bon interlocuteur pour mener le projet à bien. Sur belend.fr, Adrien a pu juger de la qualité des projets sur des critères d’intervention très précis : tout est bien étudié, on vous propose un vrai résumé avant de s’engager. Bref de quoi lui inspirer confiance.

Autre argument, la plupart des propositions sont des projets de franchise : le risque qu’un projet de franchise soit défaillant est rare. Si 20 V&B ont du succès, avec une étude de marché éprouvée, il y a fort à parier que le 21ème sur lequel vous investissez, marche aussi !  nous dit Adrien, mais aussi des sociétés déjà établies qui cherchent à se développer. 

Pourquoi elles ne demandent pas à leurs banques ? Et bien comme dirait Adrien : “la banque peut financer la voiture mais elle ne finance pas l’essence” ! C’est là qu’intervient Belend, sur des besoins que les banques ne peuvent ou ne veulent pas suivre.

Enfin, le financement participatif, c’est la quête de sens. Ca a du sens de prêter son argent dans l’économie réelle, les cours ne sont pas soumis à l’achat artificiel d’actions par les entreprises elles-mêmes, on sait où on va : “ma motivation, c’était la transparence. Avec le financement participatif de Belend, je savais à qui je prêtais et pour quoi faire, c’était concret. Originaire de la Loire, j’ai été par exemple très heureux d’aider un V&B qui se montant à Roanne”.

Un bon plan pour votre épargne

On pourrait se dire que ce type d’épargne ne nous concerne pas, mais le plus reste surtout l’accessibilité : c’est vraiment adapté à toutes les bourses.  Même si vous n’avez pas beaucoup d’argent (à partir de 20 €), vous pouvez faire fructifier vos économies.

Depuis, Adrien a diversifié son investissement sur 10 projets différents via la plateforme, ce qui permet de diluer le risque. A ce jour, il a investi près de 550 € et reçoit 26,53 € par mois, net après prélèvements sociaux, soit un taux à près de 5,6 % net. L’intérêt, c’est qu’Adrien peut très facilement ré-investir dans de nouveaux projets désormais, sans forcément remettre de l’argent, avec les remboursements des premiers prêts.

Ses 2 conseils ? Respecter un principe : 3 mois de trésorerie en épargne de précaution pour “voir venir” et un peu de performance. Et pour ça, il y a Belend.

Prêtez

Franchissez le cap avec Belend

Diversifier son épargne, s'engager dans l'économie réelle ou investir localement, on a tous une bonne raison en faveur du financement participatif
Commencez à investir